Kaaris : Son album Dozo est sorti le 3 Novembre. Depuis, on n’entend parler que de ça sur les réseaux sociaux, c’est clairement le buzz du moment.
Cela dit, parmi les critiques positives se sont glissées les différentes déclarations des auditeurs déçus par la direction prise par Kaaris.
En effet, cet opus se veut plus ouvert que les précédents : le Dozo chante, le Dozo se livre et prend des risques. Et c’est une ambition que certains ne lui pardonnent pas.
Comment expliquer cette tendance du rap français à être si conservateur ?

Rap Game : En effet, les artistes qui ont une identité aussi forte que celle de Kaaris sont souvent obligés de se limiter en grande proportion à sortir des morceaux similaires à ceux qui les ont fait connaître. À tel point que dans le Rap, sortir un projet ambitieux et 100% hors zone de confort s’apparente à un suicide commercial, et pourtant « Qui m’aime me suive » est l’un des meilleurs albums de Salif

Situation particulièrement paradoxale dans un mouvement musical qui, aujourd’hui, se situe parmi les plus hétéroclites du marché, si ce n’est le plus hétéroclite.

Alors pourquoi Kaaris concentre-t-il les tendances conservatrices du game ?

Au delà de la puissance de son identité, une autre raison évoquée par le rappeur lui-même semble expliquer la cristallisation des critiques sur son dernier album : le manque de soutien, la division.

Il s’en explique (entre autres) dans cette vidéo en révélant au grand jour ce que tout le monde dit tout bas…

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.