La vente de disque aux abords des rues par les artistes eux-mêmes est devenu un phénomène qui grandit encore et étend ses tentacules.
Bonjour!
Nous sommes à Cotonou, il est 14h et le soleil est au zénith avec de forts rayons sous lesquels tentent de résister quelques artistes comédiens. L’objectif est précis et clair, simuler quelques extraits de leur nouveau film pour intéresser les passants afin qu’ils l’achètent. Assis sous un hangar chez la vendeuse de riz gras, je les observais. Les minutes passaient voire des heures. Des milliers de citoyens font leurs défilés vaquant à leurs occupations quotidiennes. Personne n’a le temps de se rapprocher de mes amis comédiens qui s’efforcent vaille que vaille à se faire approcher. Ah! heureusement j’ai vu un jeune homme s’approcher mais ne semble pas être intéressé.
À chaque sortie de disque, beaucoup d’artistes béninois qu’ils soient chanteurs ou comédiens se retrouvent dans les rues pour promouvoir et vendre cette œuvre.
Parfois vous les voyez entrain de jouer une séquence de l’oeuvre pour attirer l’attention des passants et les amener à acheter les CD. Le constat a été fait depuis plusieurs années et cela me fait poser beaucoup de questions. Pour ma petite compréhension, je trouve que cette pratique brise véritablement l’image de marque que devraient se faire les acteurs culturels notamment les artistes chanteurs et comédiens.
Avec cette pratique de promotion, il y en a qui s’en sortent et se font des ristournes considérables mais la grande masse vit le contraire. Cette stratégie de marketing relève de l’époque de mathusalem. D’ailleurs de plus en plus les CD sont délaissés au profit des clés USB et autres supports numériques. Cela impose aux producteurs d’œuvres phonographiques la prise en compte de ce facteur.
Les projets de développement du secteur culturel existent et les autorités y travaillent pour redorer le blason.
D’ailleurs si on voit encore quelqu’un dans la rue entrain de s’adonner à cette vente à la sauvette , je vais dire à mon tonton *Toboul* de prendre un arrêté pour punir sévèrement les auteurs de cette pollution culturo-esthetique ( lol ce mot n’existe pas hein !)
Artistes chanteurs et comédiens, libérez l’espace public.
Madame la vendeuse de riz donnez moi mon reliquat s’il vous plaît.
Sans commentaires
Merci
J’ai tracé
➖ *Aboubakar SADIKOU*

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.